Bientôt, pendant plusieurs jours, nous pouvons suivre des conférences sur le bien être, la communication non violente......
Toutes les infos sur ce lien

Lien vers le Sommet de la conscience

Programme "Simplifier" étape 4

Pour moi, c'est l'étape la plus difficile à mettre en place car elle nécessite une très très grande vigilance.
 
je lâche (momentanément) toutes les vieilles "stories" (histoires) que je me raconte et qui provoquent de la confusion dans ma tête

Ce terme d'"histoire", de "story" est le terme employé par Byron Katie (Site de Byron Katie) pour parler de toutes ces pensées que nous tournons en boucle dans nos têtes. 
Est ce que ces histoires sont réelles, vraies ? la plupart du temps, nous pourrions répondre très honnêtement que non, elles sont juste dans nos têtes et ronronnent depuis des années, nous les connaissons et reconnaissons, elles sont presque automatiques et nous sachons exactement dans quel état elles vont nous mettre. Grâce à l'observateur qui observe le penseur, nous pouvons choisir d'y aller ou non. Et si nous pensons qu'elles sont vraies, absolument vraies, nous pouvons tranquillement nous y relier et les détricoter, si c'est possible, si c'est le moment. Nous pouvons le faire seul ou accompagner. 
Nous pensons trop, nous nous déconnectons de nos ressentis et de notre présence, nous partons avec le petit train de nos pensées, le petit train de nos histoires. Sentons nous libre de sauter du train et d'avancer tranquillement dans la "sagesse de l'incertitude"*.

 * terme utilisé dans les 7 lois spirituelles du succès de Deepak Chopra

Et si on s'amusait un peu !!

Ce matin, au réveil, j'ai eu un espace de flash : "mais que ma vie est sérieuse !!" et je me suis demandée quand le dernier fou rire ?? impossible de me rappeler alors que j'ai une vie plutôt très sympa. 
En regardant autour de moi, je vois beaucoup de gens très sérieux, 
est ce "être adulte" signifie "ne plus s'amuser"? ne plus rire spontanément? 
Doit on s'identifier à nos histoires d'adultes ? pouvons nous parfois lâcher cette maturité et responsabilité et revenir à la rigolade, aux jeux, aux rires et à l'insouciance. 
Je ne parle pas des fêtes fabriquées ou organisées où nous sentons l'obligation de s'amuser. Non ! je parle de ces instants magiques où nous relâchons la pression et nous nous amusons.
Ce "sérieux" contamine également certains enfants, ils arrivent à mon cabinet très graves et soucieux de réussir, "d'être parfait" et à la hauteur !
Alors c'est le week end, amusons nous ! cherchons des occasions  de rire et de légèreté et au diable, l'adulte !!! 
➤ je dois remercier Guy Corneau (quel manque !!) car j'ai eu un vrai fou rire lors de sa pièce "l'amour dans tous ses états" (en décembre dernier !!!)

 


Programme "Simplifier" étape 3

Nous continuons nos avancées vers une simplification. Nous avons, dans notre vie quotidienne, un certain nombre d'habitudes ou de réactions qui nous permettent de tenir, de continuer à avancer. Elles compensent un vide existentiel et nous apportent une certaine satisfaction ou stimulation.
Nous pouvons les déceler en étant observatrice et tenter de proposer autre chose. Par exemple, si vous avez l'habitude de fumer une cigarette après le repas, vous pouvez essayer de remplacer cette cigarette par autre chose (boire une tisane, respirer en conscience ou appeler une personne que vous aimez...) et retarder cette cigarette à un autre moment, moins habituel.
Lorsque je lâche une habitude, comment je me sens, peut être plus légère,  plus libre ou mal et frustrée.
A vous de voir ...
Troisième étape : je lâche (momentanément) toutes les habitudes qui me font du mal, juste pour voir comment je vis sans et de déterminer ainsi les besoins cachés