Jour 14 Aujourd'hui, je préfère le ralentissement à la précipitation

Vous n'avez pas fait les cadeaux de Noël ? vous n'avez pas encore organisé le réveillon ? vous n'avez pas invité la vieille tante (qui vient chaque année)? vous n'avez pas réfléchi à votre menu ? à votre tenue ? à votre tribu ?
et bien ce n'est pas grave !!
Pas de précipitation, pas de réaction, mais plutôt allez à votre rythme, selon vos envies, en accord avec vos besoins.
Ne risquez pas de gâcher votre fin d'année avec un "dépêche toi !" inapproprié
Nous nous ré informons ainsi avec un "prends ton temps!" totalement intégré.



Jour 13 Aujourd'hui, je reconnais mes besoins et je ne cherche plus à être forte

En cette fin d'année et si nous avons le message inconscient en nous "sois fort(e)", nous allons prendre sur nous à de maintes reprises et ne pas oser dire ce que nous ressentons, ce qui nous traverse ou nous affecte, ce que nous pouvons trouver insupportable.
Et naturellement, des nœuds vont ainsi se former, en nous et dans la relation. N'oublions pas notre Noël idéal ! 
Il ne ressemble certainement pas à une période de frustration, de colère et tristesse.
Par conséquent, je vous propose de DIRE, vos ressentis, émotions, besoins... et si vous ne le dites pas à voix haute, dites le à l'intérieur de vous. C'est déjà une première étape.
Osez demander de l'aide et du soutien, demander l'avis de votre entourage et donner le votre. Osez être en accord avec vous même.


Jour 12 : Aujourd'hui, je développe mon attention

En étant attentif à quelque chose pendant un long moment, nous pouvons apercevoir la véritable essence, la vraie beauté. C'est extraordinaire car en fait, il suffit d'être vraiment là pour quelqu'un ou quelque chose, de s'installer et d'avoir le temps de tisser le lien, et nous en verrons d'avantage. Cette idée rejoint le grand principe en sophrologie de "tout ce à quoi nous portons attention grandit ". 
Alors aujourd'hui, nous pouvons être attentif, être vraiment là, avec patience et présence.
 

Jour 11 : Aujourd'hui, je préfère la légèreté alors je lâche

Nous continuons notre parcours pour bien vivre les fêtes, joyeuses et joyeux. Nous pouvons choisir de nous alléger de quelques valises, de quelques kilos, de tout ce qui peut nous alourdir, nous ternir, nous éteindre ou gâcher notre vie.
Vous allez me dire, comment ? je vous propose d'associer le mouvement, la respiration et l'affirmation. Par exemple, à différents moments de la journée, je vous invite à inspirer profondément et sur l'expire,  faire un geste de libération (imaginez que vous jetiez une pierre très loin, ou que vous relâchiez des valises vers le sol...) associé à une phrase telle que "je m'allège facilement" ou "je libère avec joie".
Répétez et observez, belle journée 


Jour 10 : je m'accorde un moment de silence

Il est bon parfois de se connecter au silence. Le silence peut effrayer ou angoisser mais lorsque nous l'apprivoisons, nous l'apprécions plus que tout. Il favorise le calme, l'introspection et la joie. Je parle du silence à l'intérieur de nous mais pour le contacter au fond de notre être, nous avons besoin de l'avoir à l'extérieur de nous, parfois. Même si ce silence est rarement absolu.
Alors, aujourd'hui, je m'isole et je me connecte à mon silence intérieur.




Jour 9 Aujourd'hui, je préfère "je délégue" au "je fais tout"

En plus de gérer les émotions, susceptibilités, pressions, contraintes de chacun, nous pouvons avoir une fâcheuse tendance à vouloir tout faire, tout contrôler, tout organiser, bref être parfaite! (le "e" à la fin de parfaite est conscient car selon des études (très sérieuses), le "sois parfaite" est souvent plus féminin).
Commençons donc à faire la liste de ce que nous avons à faire d'ici les fêtes (cadeaux, invitation, décoration.....). 
En regardant cette liste, nous pouvons marquer ce qui est important (pour nous) et ce qui ne l'est vraiment pas. Peut être que dans cette liste, nous pouvons confier des tâches à notre entourage en développant la confiance envers l'autre. 
Si c'est difficile pour vous, prenez un petit moment pour respirer et vous demander "qu'est ce que je me fais à moi même lorsque je veux tout contrôler ?' et accueillez la réponse. 
J'accepte mes imperfections, elles sont  la preuve de mon humanité !

Jour 8 je préfère me faire plaisir plutôt que plaire

Nous pouvons craindre de déplaire et cette crainte peut rendre cette fin d'année difficile et épuisante. En cherchant toujours à faire plaisir, nous nous nions. Nous "faisons" alors qu'au fond de nous, nous n'en avons pas envie. Nous disons "oui" alors qu'au fond de nous, nous pouvons penser "non".
A partir d'aujourd'hui, pourrions nous chercher à donner notre avis, notre opinion, dire nos ressentis et émotions ?
Pourrions nous être en accord avec nous même plutôt que sous la pression d'une image de nous ?
 "la mère parfaite", "le papa poule", "la fille adorée", "le fils prodige", "l'épouse exemplaire" ou encore "la fille rebelle", "le fils soumis", "la belle fille attentive"......
Nous avons tous besoin d'être quelqu'un de bien mais pas à n'importe quel prix !
En développant la conscience de nous même, en nous accordant de la valeur, nous accédons plus souvent au plaisir, à la joie et au bien être. A expérimenter !


Jour 7 Aujourd'hui, je préfère la respiration à la réaction

La respiration est notre alliée pendant cette période, elle va nous permettre :
- d'évacuer le stress lorsque nous voulons que tout soit parfait
- de mettre de la distance lorsque nous souhaitons faire plaisir à chacun
- de se reposer et d'évacuer la fatigue lorsque nous nous devons de faire des efforts
- de gérer nos émotions lorsque nous avons en nous un "sois fort"

la respiration va mettre un souffle entre nous et la situation, entre nous et nos pressions, entre nous et les autres et ainsi nous préférerons l'action (ou la non action) à la réaction.



Jour 6 : Aujourd'hui, je préfère la bienveillance, déjà envers moi et on verra après

Théoriquement, la bienveillance signifie "une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui". Mais je rencontre bien plus de personnes qui souffrent de s'occuper des autres au détriment d'eux mêmes, des personnes sensibles et sauveuses, bienveillantes et en manque de confiance.
Par conséquent, je vous propose, dans un premier temps, de tendre vers le bonheur et le bien pour vous. Tout d'abord. Accueillir tout ce qui se vit en nous sans censure ou jugement.
Ensuite, nous pouvons faire la liste de ce qui nous rend heureux, nous fait du bien.
Et si c'est compliqué, nous avons encore un peu de travail sur notre estime de nous (programme "une intention par jour pour s'aimer") !

 

Jour 5 : aujourd'hui, je préfère le présent à tout autre chose

Le plus souvent, lorsque nous appréhendons les fêtes, c'est que nous avons déjà eu, par le passé, une expérience négative. Sinon, c'est Noël à la maison, sans crainte et tracas.
Par conséquent, nous imaginons un copier coller d'un Noël passé (mal passé).
Peut être que nous pourrions, à partir d'aujourd'hui, nous entraîner à vivre l'instant présent et ne pas imaginer, interpréter, comparer, dramatiser, supposer ou appréhender.
Le petit enfant que nous étions, avait un regard neuf sur le présent. Je vous propose de vivre votre présent avec ce regard d'enfant.



Jour 4 Aujourd'hui, je préfère le vert au reste

Nous le savons tous, dans notre culture, nous mangeons beaucoup trop pendant les fêtes. Tous ces repas, cette nourriture grasse et riche, entraînent lourdeur, endormissement, culpabilité.....
Mais cette année, commençons dès maintenant à manger sain pendant tout le programme et nous nous sentirons super bien, nous pourrons ainsi profiter des bons repas de Noël.

Jour 3 Aujourd'hui, je préfère la méditation à l'agitation

L'agitation à l'extérieur de nous provoque de l'agitation à l'intérieur de nous.  L'agitation dans nos mouvements provoque l'agitation dans notre esprit. Il est très difficile d'avoir une eau claire et limpide lorsqu'elle est sans cesse en mouvement.
J'ai toujours pensé que la méditation est essentielle. C'est cool car elle est vraiment tendance et vous pouvez trouver des applications pour pratiquer (petitbambou.com par exemple).
Si nous voulons prendre du recul et bien gérer les complexités éventuelles, si nous souhaitons retrouver le calme, essentiel à notre bien être, si nous désirons être ouverte et empathique, nous pouvons dès maintenant, nous poser  pour méditer. Chaque jour, un moment de pause et le jour J, nous saurons calmer notre intériorité même si autour c'est le chaos.

Jour 2 : Aujourd'hui, je préfère la simplicité à la complexité

Je suis toujours étonnée d'entendre comment l'organisation des fêtes de fin d'année engendre de la complexité.
A cette occasion, de véritables nœuds peuvent se former au sein des familles car les fêtes concernent véritablement la famille dans tout ce qu'elle a de complexe (ou de merveilleux).
Si c'est le cas pour vous, je vous propose de choisir, dans tous les aspects de ces fêtes (organisation, invitation, décoration, achat des cadeaux...), la simplicité
Cette année, nous ne participerons pas à la création de "nœuds" et de complexités,  mais nous serons plutôt les incitateurs de bon sens et de facilité.
Simplifions nous la vie pour bien vivre cette fin d'année !

Jour 1 : Aujourd'hui, je m'interroge sur mon Noël idéal !

Commençons ce nouveau programme par prendre un peu de temps pour imaginer quel serait notre Noël idéal ?
Prenons alors notre carnet et notons tout d'abord comment aimerions nous le passer ?
Partager un repas, aller voir un spectacle, faire une fête avec musique et famille, aller au bout du monde, faire quelque chose pour la première fois, se mettre un bon film et déguster une coupe en bonne compagnie, faire un jeun, méditer, aller au cinéma, prendre un vol au hasard, ne rien faire de spécial..... la liste peut être longue.
Ensuite, nous pouvons nous poser la question : "avec qui j'ai envie de passer les fêtes ?". Ma famille, des ami(e)s, personne, des inconnus... 
Fermons les yeux et imaginons notre idéal en ramenant à l'instant présent les ressentis et émotions qui en découlent.
Laissons toutes les sensations et émotions agréables nous remplir.
Nous savons maintenant vers quoi nous nous dirigeons, peu importe comment nous passons Noël et comment ces fêtes se déroulent, nous décidons de les vivre avec ces ressentis et émotions. C'est la boussole qui nous indique notre chemin.

Une intention par jour pour bien vivre les fêtes ?

A partir de vendredi, je commence un nouveau programme :
"une intention par jour pour bien vivre les fêtes". 

Les fêtes de fin d'année peuvent être des moments de célébration et de joie, de partage et de famille réunie et si c'est le cas pour vous, génial ! 
Mais pour beaucoup, les fêtes engendrent stress, tristesse, énervement, conflit..... 
Alors je vous propose, à partir de vendredi, 21 jours de cheminement afin d’appréhender cette fin d'année avec sérénité et joie.  
A vendredi 
belle journée

Aujourd'hui, je retourne à mon carnet

Notre programme s’achève. 
Pendant 21 jours, nous avons exploré différentes pistes pour nous sentir plus en vie. 
Nous avons pu faire l’expérience de l’observation consciente et sensorielle, aller chercher nos ressources, ce qui nous rend heureux et joyeux, nous avons visité ce qui nous fait souffrir, qui nous pollue et pu peut être comprendre un peu mieux nos émotions.
Grâce à la méditation et à la respiration, nous avons toutes et tous les capacités de nous reconnecter à l’enfant que nous étions. Sentir son émerveillement, sa joie et sa totale présence à l’instant.
Alors je vous propose de reprendre votre carnet et de revenir à nos questions du départ "se sentir en vie"? «  Qu’est ce que cela signifie pour moi ?"et surtout, dans ma vie, en ce moment," est ce que je me sens en vie ?"
Avez-vous plus de réponses, de pistes, de questionnements, de prise de conscience ?
Tous les changements commencent par une prise de conscience, elle annonce un mouvement, une ouverture. 
Belle journée et à très bientôt pour un nouveau programme.

Aujourd'hui, je trouve une occasion pour me relier à la nature

Dans toutes mes intentions, que ce soient celles pour s'alléger, s'aimer, faire le vide ou se sentir en vie, nous avons toujours un moment de reconnexion à la nature. Même dans une grande ville, nous pouvons trouver un parc, pour se mettre en lien avec les arbres, les odeurs de la terre, les couleurs des feuilles.....
Même si nous habitons dans un appartement, nous pouvons mettre une plante dans notre intérieur ou sur notre balcon, nous pouvons toujours avoir un petit coin de vert. 
Et si nous avons la chance de vivre avec la nature proche, nous invitons des moments de lien, de promenade, d'observation et de contemplation. A chaque fois que nous inspirons, nous inspirons la force de vie de la terre et à chaque fois que nous expirons, nous diffusons en nous cette force de vie.
Belle journée


Aujourd'hui, j'invite la joie en moi

Pour continuer avec les émotions, pouvez vous décrire précisément ce qui se passe dans votre corps (et cœur) lorsque vous éprouvez de la joie ? et savez vous ce qui vous procure de la joie ? La joie est différente du bonheur, la joie est une émotion (donc une réaction intense en réponse à une stimulation venant de l'extérieur), le bonheur est un état qui dure ou peut durer. 
Aujourd'hui, donc, nous recherchons à ressentir la joie. Cela peut être une énergie chaude à l'intérieur de nous, un mouvement agréable dans tout notre corps, une envie, un élan.... bref à vous d'expérimenter et d'identifier la joie en vous et ainsi de la reconnaître.
Ensuite, vous allez me dire mais la joie ne peut pas arriver sur demande et bien si nous la provoquions ? pour cela, vous devez savoir ce qui vous met en joie ? Est ce une rencontre, un moment partagé, un plaisir, une stimulation ? 
La joie est la seule émotion des émotions primaires un peu sympa, alors aujourd'hui, je la piste, je la cherche, je l'invite !!


Aujourd'hui, j'expérimente le moment présent

Profitons de cette journée de pause, pour "travailler" le moment présent. Je dis travailler car il s'agit véritablement d'une gymnastique de lâcher le mental et revenir, lâcher le futur et revenir, lâcher l'ailleurs et revenir là, là où la vie se déroule. 
Nous l'avons déjà vu plus haut dans le programme, mais il est tellement essentiel (et rassurant) de vivre la vie ici et maintenant que je vous propose aujourd'hui un  petit exercice.
Lorsque nous regardons, nous allons regarder à 360 degré, d'une manière vaste, sans étiqueter ce que nous voyons (beau ou pas beau, j'aime ou j'aime pas).
Lorsque nous mangeons, aujourd'hui et à chaque repas, nous allons entièrement nous consacrer à la nourriture que nous avalons (couleurs de l’assiette, saveurs dans la bouche, textures des aliments, senteurs des mets....) pour retourner à ce qui se vit pendant le repas et pour revenir ensuite à la prochaine bouchée.
Lorsque nous écoutons, nous mettons notre mental en arrière plan pour être totalement présent à l'autre, sans ramener à nous, sans l'interrompre, sans penser à autre chose.

Nous pouvons ressentir un vrai soulagement d'être ici et maintenant car nous lâchons tout simplement, et là peut être qu'une joie, naturelle et spontanée, peut jaillir.
Belle, belle journée

Aujourd'hui, j'apaise ma colère et je me respecte

Deuxième émotion primaire, après la peur, la colère peut être tout aussi violente. Si nous n'avons pas appris enfant à l'exprimer, si nous avons compris très tôt que la colère n'est pas acceptable, si nous accumulons chaque jour de la colère en la gardant en nous, si nous avons peur de nous sentir totalement débordé et impuissant face à elle, il est difficile pour nous d'être à l'aise avec cette émotion et donc nous faisons tout pour ne pas avoir à la vivre.
La colère indique qu'il y a eu un dommage ou frustration et les besoins cachés derrière cette émotion sont la réparation, le "dire", le respect. Nous avons tous des limites, des zones d'inacceptable. Il est important de les connaître, de les respecter.
Si l'émotion est beaucoup trop forte par rapport à la situation, elle nous indique alors que nous avons un truc à régler dans notre passé. Si l'émotion est congruente avec la situation, nous pouvons déjà revenir à nous (respiration nous aide à prendre un peu de recul) et observer ce qui se passe (ressentis, perceptions), capter notre discours intérieur et le comparer à un discours réaliste, aller chercher le ou les besoin(s) derrière notre colère et agir ou non. Ainsi nous ne passerons pas notre journée (ou notre vie) à ruminer les causes de notre colère et nous dire que c'est la faute de l'autre!
Respecter ses besoins et les prendre en charge sont essentiels à l'apaisement de nos émotions. 

Aujourd'hui, j'abandonne le "pourquoi" !

Nous sommes souvent malheureux car nous recherchons la cause ou la finalité d'un  événement, d'une situation, maladie, séparation..
Cette question qui reste souvent sans réponse car les réponses peuvent être multiples, les causes impénétrables, nous obsède, nous taraude. 
"Pourquoi elle me quitte ?", "Pourquoi suis je malade?", comme un petit enfant nous voulons comprendre l'autre, la situation. Mais nous nous sentons impuissants car nous n'avons pas nécessairement les réponses.
Par contre, si nous remplacions le "pourquoi" par  "quel est le sens pour moi ?" de tel ou tel événement, "qu'est ce que cela signifie pour moi?".
Chercher le sens, pour nous, nous permet de reprendre le pouvoir sur les événements, nous procure donc une forme de soulagement (nous ne sommes plus des marionnettes), nous pouvons ainsi nous questionner sur les besoins derrière ce sens et agir ou non.

Aujourd'hui, je commence à méditer


Nous entendons beaucoup parler de la méditation. Des applications existent, des cd, des conférences et livres sur toutes les formes de méditations. Pour ma part, j’ai toujours pensé et je pense toujours que la méditation est la voie. La voie royale même pour se reconnecter à nous. Pourquoi faire, me direz vous ? Pour lâcher le mental (ou du moins lui donner moins de place), pour être en lien avec  ce qui se vit en nous (émotions, perceptions, respirations…), pour arrêter l’agitation et laisser la place au silence….. Et la liste peut être longue.
Comment faire ? a vous de trouver votre formule, votre endroit, votre posture, votre manière et comme je le dis plus haut, les solutions regorgent, ce qui n’était pas le cas il y a 30 ans lorsque j’ai commencé à pratiquer la méditation.
Après, vous allez me dire, je n’ai pas le temps !! Mais vous avez bien le temps de vous laver et bien la méditation est une forme de nettoyage interne afin de passer à un chaos de pensées à une pensée juste, unique. De passer de l’égo bruyant à un silence reposant.
La méditation peut devenir une merveilleuse habitude de vie.

Aujourd'hui, je prends en charge mes besoins

Lorsque j'interroge des personnes en formation sur leurs besoins, souvent le silence s'installe comme un point d'interrogation géant. Nous pouvons identifier ce qui nous dérange, ce qui peut nous mettre en colère, nous insupporte, nous énerve, nous provoque de la tristesse, nous procure de la joie .... mais ne connaissons pas nos besoins spécifiques à nous.
Lorsque nous nous formons à la Communication non violente, nous passons notre temps à aller chercher le besoin derrière le jugement, l'émotion, l'inconfort ou la violence de l'échange.
"Nos jugements sont l'expression tragique de nos besoins !"
Nous pouvons reprendre la Pyramide de Maslow (Pyramide_des_besoins) pour nous donner une idée, nous savons qu'enfant, nous avions besoin notamment d'être aimé, caressé, entouré, sécurisé mais aussi stimulé, reconnu et encadré..... mais vous ? 
Alors, aujourd'hui, reprenons nos petits carnets et cherchons les situations récentes un peu compliquées, difficiles, émotionnelles et demandons nous "qu'est ce qui m'a manqué dans cette situation ?" "De quoi avais je besoin ?.
Ensuite, et à force de pratiquer cette recherche de nos besoins, nous le ferons naturellement et spontanément et nous pourrons ainsi, au lieu d'incriminer l'autre, l'informer de ce qui est essentiel pour nous.
Nous ne pouvons pas satisfaire tous nos besoins mais nous pouvons tous les prendre en charge.
Belle journée
https://www.arkhanim.fr/pyramide-de-maslow/
 

Aujourd'hui, je focalise mon attention sur ma respiration

Je m'étonne moi même d'arriver à plus de la moitié du programme sans vous avoir parlé de la respiration. Elle est pourtant centrale dans mon métier et dans ma vie, elle est omniprésente dans toutes les techniques psycho corporelles, elle est toujours là depuis le premier jour de notre vie jusqu'au dernier, elle nous accompagne à chaque instant de notre existence, donc gratitude ! la respiration, c'est la vie !

Mais elle sait aussi se faire oublier, se couper dans certaines situations, s'accélérer dans d'autres, se montrer même oppressante et insistante. 

Je vous propose aujourd'hui, tout d'abord, d'observer votre respiration tout au long de votre journée. 
Puis, plusieurs fois par jour, pendant de courts instants, nous allons inspirer en conscience (par le nez ou la bouche) et sentir qu'à chaque inspiration, le ventre se gonfle légèrement et en haut de l'inspire, nous resterons un très court instant en haut, dans cet espace de rien, de pause et expirer lentement (par le nez ou la bouche) avec le ventre qui se rentre légèrement, et faire la même chose en bas de l'expire, laisser quelques secondes de pause et repartir sur l'inspire.
Mettons du souffle dans notre journée et nous nous sentirons beaucoup moins fatigués !!


Aujourd'hui, je me crée mon rituel "bonheur"

Nous recevons (et de plus en plus) des tas d'informations et de conseils de ce que nous devons faire ou ne pas faire, manger ou ne pas manger, agir ou ne pas agir, penser ou ne surtout pas penser.... pour être heureux. Être heureux n'est pas un sentiment permanent mais un rassemblement de petits moments de joie, de rire, de sérénité, d'élan de vie. A nous de mettre ce que nous souhaitons dans le mot bonheur, car c'est propre à chacun.
Le matin, au réveil, nous sommes parfois assaillis par les problèmes, les charges, responsabilités, efforts et émotions désagréables et nous nous sentons lourds et tristes. Alors, je vous propose de vous créer un petit rituel (corporel, respiratoire, pensées positives, actions positives) chaque matin afin de vous connecter au meilleur et ainsi de tendre vers le bonheur.
Vous pouvez vous étirer consciencieusement, vous pouvez méditer,
respirer avec la fenêtre ouverte..... soyons créatif et surtout, surtout, le rituel doit être un plaisir pour nous sinon nous le lâchons très rapidement.
Belle journée

Aujourd'hui, je célèbre

Nous sommes dimanche et l'heure est à la célébration.
Je fête ce que j'ai envie de fêter, je trouve un prétexte, une occasion de célébrer. N'attendons pas une grosse fête pour le faire. 
A l'heure où j'écris cet article, il y a un mariage non loin de l'endroit où je suis, avec de la musique, des rires, j'entends les gens échanger, partager et danser. Je peux percevoir la joie d'être ensemble, de vivre une journée par ordinaire, un moment extraordinaire. Mais devons nous attendre des occasions comme celle là pour magnifier la nouvelle journée ?. 
Préférons nous juger, critiquer, déprécier les instants de notre vie ? De quoi avons nous besoin pour fêter ? une raison ? une préparation ? des frais  ? des invités ? 
Nous avons juste besoin d'une intention et tout en découle. 
Belle célébration à vous !!

Aujourd'hui, je mérite une belle journée

Je pense sincèrement que nous avons le choix. Le choix de choisir de vivre une belle journée ou non.
Mais pensons nous mériter une belle journée ? Dans la notion de mérite, nous retrouvons l'idée de valeur mais aussi de légitimité. Je peux décider, car je m'accorde de la valeur, de tout faire aujourd'hui, pour que ma journée soit agréable, douce, respectueuse de mes besoins, dans le partage joyeux avec les gens que j'aime, avec un équilibre entre "le faire" et "le rien faire", en puisant dans tout ce qui me ressource et me procure du bonheur.
Ensuite, ayant été élevé dans le "c'est bien", "c'est pas bien", alimenté par le mental, nous avons souvent le sentiment de ne pas faire assez pour mériter le bonheur. Nous sommes plus dans un sentiment de culpabilité plutôt que de mérite, plutôt dans l'effort et le devoir que le réconfort et le cadeau.
Alors aujourd'hui, accordons nous ce cadeau du choix de vivre une belle journée, en conscience.
Le rayonnement de ce choix pourra s'étendre à toutes les personnes qui nous entourent.
Belle belle journée à vous 

Aujourd'hui, je n'ai plus peur d'avoir peur

Nous sommes presque au milieu de notre programme et il est temps d'attaquer le chapitre des émotions.Si il y a une émotion effrayante, c'est bien la peur ! Elle peut être réelle mais aussi psychologique. 8% de nos peurs sont fondées sur des menaces concrètes ! et le reste alors, juste des anticipations dramatiques, des scénarios catastrophes....
Que le danger soit réel ou imaginaire, la peur est là, dans notre corps et nous avons juste envie qu'elle disparaisse à jamais alors nous fuyons l'objet de notre émotion.
La peur est l'une des 6 émotions primaires et elle est importante car elle nous donne l'information que nous avons besoin de sécurité, d'être rassuré.
Si nous essayons de l'éradiquer, elle nous gâche la vie, enfin les causes de l'émotion nous gâchent la vie, nous les ruminons longuement.
Par contre, si nous pouvions essayer de nous connecter à notre peur, de nous installer avec elle et de respirer, de capter toutes les informations qu'elle a à nous donner et de chercher le ou les besoins qui se cachent derrière notre émotion, nous prendrions conscience qu'elle n'est pas si terrifiante. Observons, acceptons, mettons du sens et agissons, nous nous sentirons libérés.
Belle journée

Aujourd'hui, le moment présent est mon moment préféré



 Aujourd'hui, nous allons placer notre intention sur le retour au moment présent. Depuis le début du programme, par des biais différents, nous faisons l'expérience de revenir à l'instant.
L'observateur conscient et sensoriel est dans le présent.
Il apparait tellement évident que si nous voulons nous sentir vivant, nous ne pouvons pas être dans le passé ou dans le futur. Bien entendu, nous pouvons faire des incursions derrière nous ou devant nous mais nous ramenons tout là. 
Eckhart Tolle ("le pouvoir du moment présent") explique que nous devons être là où cela se déroule. 
En étant là où est notre corps, nous pouvons capter ce qui nous entoure, nous ouvrir à des opportunités ou synchronicités, nous ouvrir au monde.
En étant là où est notre corps, nous avons également accès à notre intériorité (ressentis, émotions..)
Nous lâchons notre mental, nous revenons à nous et nous vivons ce que nous avons à vivre. Qu'avons nous d'autre à faire ? 

 

Aujourd'hui, je capte le monde à travers mes sens

Je vous propose, tout au long de la journée (et pour toutes les journées d'après), de percevoir le monde qui nous entoure à travers nos sens.
Se connecter à tous les petits sons, les bruits, les voix....... comme si nous avions des oreilles géantes. Ne pas chercher à étiqueter (c'est le mental alors qui intervient) mais juste, accueillir car ils sont.
Se servir de notre toucher pour sentir autrement le monde autour de nous, les vêtements sur notre peau, la brise nous effleurer, l'effet d'une caresse ou d'un baiser......
Regarder vraiment ce qui nous entoure,  la beauté comme le reste, le grandiose comme l'ordinaire. Et peut être voir dans l'ordinaire, l'extraordinaire.
Goûter comme si c'était la première fois, sentir les parfums qui parviennent à nos narines.
Nous devenons ainsi des observateurs sensoriels, tous nos sens en éveil, nous nous sentons vivants.


Aujourd'hui, je prends conscience de ce qui me gâche la vie

Il y a un texte de Meryl Streep qui circule sur les réseaux sociaux. Elle explique qu'à son âge,elle n'a plus envie de se gâcher la vie par les autres, par les "éteignoirs" de toute sorte.

Prendre conscience, c'est un peu comme éclairer, mais éclairer de l'intérieur de soi et non d'un regard extérieur. D'ailleurs, on peut nous parler de concepts comme le lâchez prise, l'acceptation.... si nous ne les ressentons pas à l'intérieur de nous, ils restent des concepts.
Par contre et par exemple, vivre l'acceptation est un mouvement intérieur de soulagement, de détente.
Donc éclairons de notre conscience tout ce qui nous empêche de nous sentir en vie. Cela peut être une relation, une profession, un passé non pacifié, une peur du futur....la liste peut être longue et elle est propre à chacun. Mais en fait ce que nous ruminons est l'idée que nous nous faisons des choses et les schémas de pensées qui en découlent.
Notre mental s'agite, s'inquiète, anticipe, décortique, rumine et nous empêche de vivre notre vie. Nous pouvons nous créer notre propre enfer.
Bonne nouvelle alors, car nous avons le choix d'intervenir, ou pas, sur notre mental, nous pouvons contrôler le mental et orienter nos pensées.
Comment ? en revenant à l'instant présent, en respirant consciemment et amplement et en
prenant conscience de notre corps. Nous avons plus de 60 000 pensées en une journée, donc nous pouvons choisir une autre pensée, plus positive. Nous y reviendrons plus tard.





Aujourd'hui, je fais la liste de ce qui me rend heureux !

Je retourne à mon carnet et je fais la liste de tout ce qui me rend heureux.
Je peux commencer ma liste par les activités qui me plaisent, me ressourcent, me régènerent.  Observateur de nos ressentis, nos sentiments et nos perceptions, nous sommes très conscients des activités qui sont bonnes pour nous et celles qui ne le sont pas. Personne ne peut le dire à notre place.
Ensuite, je liste les relations, amis, amours qui me font du bien, dans un juste équilibre de donner et recevoir.
Enfin, je peux continuer ma liste sur tout ce que j'aime dans la vie. (nature, lecture, film, méditation, vacances....)
Nous pourrons ensuite puiser dans cette liste lorsque nous sentirons que notre élan vital s'affaiblit.
Je propose enfin de faire dans un coin de notre carnet, la liste de tout ce qui nous pollue, embarrasse, ennuie et fatigue.
Cela permet d'être plus conscient que nous avons toujours le choix et que nous sommes responsables de nos choix.

Aujourd'hui, j'invite l'enfant en moi

Ne pensez vous pas que nous sommes parfois trop sérieux ? trop grave ? ne trouvez vous pas que nous avons perdu l'insouciance de notre enfance ? quand la dernière fois, avons nous eu un fou rire ? quand la dernière fois, avons nous pris du plaisir dans une activité et oublié le temps qui passe  ?
Monique Feront blog


L'enfant que nous étions est toujours en nous. Nous le retrouvons parfois dans une réaction un peu vive ou dans un souvenir qui remonte. Lorsque nous ressentons, exprimons nos sentiments et nos besoins, c'est lui qui parle. Il est essentiel à notre équilibre car il vient contrebalancer un côté parent parfois rigide ou trop nourricier et un adulte un peu froid.
Alors, aujourd'hui, c'est la fête et nous nous amusons. Nous allons chercher le rire en nous, la légèreté, l'insouciance, le jeu, la créativité, l'imagination, le rêve et  nous laissons (comme un gros paquet) tous nos soucis, tracas, responsabilités ........

Aujourd'hui, mes ressentis sont à l'honneur

Nous avons hier expérimenté l'observation, nous allons en faire une seconde nature, quelque chose de totalement spontanée.
Aujourd'hui, nous sommes samedi, donc une journée plus légère, nous pouvons prendre notre temps.
Nous allons nous ouvrir à tous nos ressentis, sensations....tous les petits signes de vie en nous, au cours de la journée.
Un signe de vie n'est pas toujours agréable, parfois même peut il être désagréable mais il existe. 

Par contre, en tant qu'observateur, je note : dans cette situation, j'ai des perceptions désagréables dans mon corps, vais je renouveler l'expérience ?.
En observant ce qui se vit en moi, le mental a moins la place prépondérante, il est en arrière plan.
Aujourd'hui, je m'ouvre donc à ce qui se passe corporellement : sensation, émotion, perception, respiration ..... et j'observe avec curiosité la vie en moi.
Belle journée

Aujourd'hui, je prends du recul grâce à l'observation

Enfant, nous passions des moments à imaginer des formes sur les nuages (et je m'applique à le faire encore), nous imaginions des animaux, des monstres, des formes rigolotes en regardant les nuages passés. 
Adulte, nous pouvons faire un trajet sans même nous rendre compte que nous l'avons fait. Nous ne sommes pas vraiment là, nous sommes dans nos pensées. 
Une condition essentielle à ce programme est de retrouver sa capacité (que nous avions enfant) d'observation.
Observer ce qui nous entoure et ce qui se passe en nous. Comment fait on ? tout simplement (mais si difficile) en étant présent à soi et ce que nous vivons. 
Observer n'est pas juger, observer n'est pas étiqueter ou condamner.
Observer est accueillir.
Cette capacité d'observation va nous permettre de prendre naturellement du recul.
Alors aujourd'hui, retrouvons notre âme d'enfant et soyons là, tout simplement.
Belle journée
 

Aujourd'hui, chouette, je prends mon carnet pour un nouveau programme!!

" Se sentir en vie " quelle étrange idée car je vis, je suis vivante donc je me sens en vie ?
et bien ce n'est pas aussi évident. 

Nous pouvons chercher cette stimulation de vie dans l'activité, dans le faire, je cours dans tous les sens et je suis débordé, occupé, important ? oui mais pas nécessairement vivant.
Nous pouvons également amasser des biens, de l'argent, des relations, des meubles ou des fringues, crouler sous "l'avoir" et je suis plein de tout, rempli ? oui mais pas nécessairement vivant.
Se sentir en vie est un élan qui jaillit à l'intérieur de nous comme un gisement d'énergie vital. Un sentiment d'épouser notre être et notre existence. Se sentir en vie est une flamme intérieure et profonde qui nous entraîne vers le meilleur pour nous et avec les autres.  Mais peut être avez vous d'autres sens à donner à  "se sentir en vie"?. 
Alors, prenez quelques minutes pour écrire sur votre carnet "qu'est ce que cela signifie pour moi ?"et surtout, dans ma vie, en ce moment," est ce que je me sens en vie ?"
Je vous propose, pendant 21 jours, de cheminer ensemble vers cet élan vital, avec humilité, simplicité et honnêteté mais aussi bienveillance, chaleur du cœur et  joie. 
a demain