Aujourd'hui, chouette, je prends mon carnet pour un nouveau programme!!

" Se sentir en vie " quelle étrange idée car je vis, je suis vivante donc je me sens en vie ?
et bien ce n'est pas aussi évident. 

Nous pouvons chercher cette stimulation de vie dans l'activité, dans le faire, je cours dans tous les sens et je suis débordé, occupé, important ? oui mais pas nécessairement vivant.
Nous pouvons également amasser des biens, de l'argent, des relations, des meubles ou des fringues, crouler sous "l'avoir" et je suis plein de tout, rempli ? oui mais pas nécessairement vivant.
Se sentir en vie est un élan qui jaillit à l'intérieur de nous comme un gisement d'énergie vital. Un sentiment d'épouser notre être et notre existence. Se sentir en vie est une flamme intérieure et profonde qui nous entraîne vers le meilleur pour nous et avec les autres.  Mais peut être avez vous d'autres sens à donner à  "se sentir en vie"?. 
Alors, prenez quelques minutes pour écrire sur votre carnet "qu'est ce que cela signifie pour moi ?"et surtout, dans ma vie, en ce moment," est ce que je me sens en vie ?"
Je vous propose, pendant 21 jours, de cheminer ensemble vers cet élan vital, avec humilité, simplicité et honnêteté mais aussi bienveillance, chaleur du cœur et  joie. 
a demain


Pause d'intégration

En préparation de notre prochain programme "une intention par jour" pour se sentir en vie, je propose qu'aujourd'hui, nous fassions des pauses d'intégration.

Des petits moments, brefs et répétés, où nous arrêtons "le faire", la course, la cogitation, le jeu de "qui a raison", la précipitation....... pour juste "être", dans le silence

Bonne expérience
Bayonne, un matin au réveil

Aujourd'hui, j’écris mon affirmation « I lovemyself »



Le programme s’achève mais un autre va redémarrer très vite (voir ci dessous) ;

Nous avons expérimenté le recentrage et avons veillé à être doux avec soi, nous avons recherché nos talents, nos qualités, nos réussites mais aussi regardé avec bienveillance nos défauts, nos limites, nos croyances négatives, nos jugements, nos échecs.

Se relier avec soi et le monde par le cœur et non juste par le mental, se préserver une zone de ressourcement et de paix, se sentir relié, connecté et prendre soin de soi sont déjà de magnifiques défis

Trouvons une affirmation qui va nous ré ancrer automatiquement dans cet état d’esprit. Cela peut être « je m’aime et je m’accepte tel que je suis » ou  autre chose.

A partir du 19 octobre "une intention par jour pour se sentir en vie" 

A bientôt 


Aujourd'hui, je transforme ma plainte en demande

Combien de fois, nous nous épanchons avec nos amis sur ce qui ne va pas, ce qui nous fait souffrir et combien de fois, nous chouinons à l'intérieur de nous.
Pour s'aimer, il est important d'écouter cette plainte naturellement car elle a un sens mais si elle s'installe en nous comme une huitre à son rocher, nous pouvons chercher le besoin qui se cache derrière la plainte. Connaître ses besoins est essentiel pour se sentir OK avec soi et avec les autres.
Et surtout, si nous sommes dans une position de victime, nous risquons de nous retrouver face à un sauveur ou à un persécuteur et rentrer dans un jeu psychologique.(référence triangle de Karpman).
De plus,  nous cessons de chercher chez l'autre la satisfaction de nos besoins (reconnaissance, amour, bienveillance,....) et nous sommes plus disponible pour la relation. (à revoir lors du prochain programme)
Alors aujourd'hui, je transforme ma plainte en demande.

Aujourd'hui, je m'occupe de mon corps avec soin

L'expérience de prendre soin de soi n'est pas l’œuvre d'une seule journée, c'est une nouvelle habitude, un peu comme se laver les dents ou prendre notre petit déjeuner.
Au réveil, nous pouvons nous étirer dans notre lit, consciencieusement, dans tous les sens et  écouter notre baromètre intérieur (intéressant ensuite de voir les changements d'humeur le long de la journée), une nouvelle journée s'annonce et elle est importante.
A la toilette du matin, je peux me huiler, brosser masser, tapoter, m'étirer encore..... soyons là, dans l'acte et non pas dans l'acte d'après. Parlons à notre corps avec bienveillance et respect.
Au cours de la journée, nous nous étirons (encore et encore) et nous respirons. Si nous sommes fatigués, nous inspirons profondément et nous restons quelques secondes en haut de l'inspire et si nous sommes nerveux, nous privilégions l'expire.
Le soir, au coucher, nous déposons nos paquets sur le côté (tous les problèmes, tracas, douleurs, sensations désagréables) et nous cherchons, en collaboration  avec notre corps, un endormissement doux.

Belle journée


Aujourd'hui, je dessine mes limites et je me protège

Nous n'arrivons pas, parfois, à mettre de la distance par rapport aux personnes, aux évènements...; Nous n'osons pas dire Non de peur de déplaire, de se faire rejeter ou mal aimer, nous nous laissons envahir, polluer, attaquer en réprimant nos émotions.

Alors que, comme nous l'avons vu précédemment, nous sommes uniques et nous avons de la valeur,  nous devons nous protéger et apprendre à prendre du recul.
J'aime l'exercice, debout, je prends bien conscience de ma posture, ancré sur le sol et verticalisé vers le ciel par le sommet de la tête, je m'élève, je m'étire, je me sens digne, une femme ou un homme debout et là, avec un crayon imaginaire, de la couleur de notre préférence, je dessine le contour de ma silhouette, je crée ainsi ma bulle de protection que je peux, selon mes désirs, agrandir ou ramener le plus près de moi. C'est une possibilité, expérimentons là mais nous pouvons aussi créer notre propre façon de nous protéger.

Nous avons, toutes et tous, les capacités de nous sentir en sécurité et de poser avec l'autre, nos limites. Le "Non" existe pour cela !! 
Belle journée
Petite parenthèse : si vous éprouvez des difficultés avec ce programme ou si vous avez des questions, vous pouvez m'envoyer un mail sur sophro@caroline-graspomarede.fr, je vous répondrai avec plaisir
 


Aujourd'hui, je regarde mes échecs avec les yeux de mon meilleur ami

Nous n'aimons pas les échecs et c'est normal. Nous voulons réussir en tout et nous ne supportons pas de ne pas y arriver. Comment était reçu l'échec dans votre famille ? que vous évoque le mot "échec" ? 

Laissons nous aller un petit peu, avec une feuille de papier et une pleine conscience pour faire la liste de nos échecs ou de nos erreurs et d'identifier les croyances et les jugements qui en ont découlé, sur nous, sur les autres, sur la vie, sur le monde......
Quel a été le discours intérieur lorsque nous avons échoué ou fait des erreurs ?
Puis imaginons maintenant que notre meilleur ami vient nous réconforter et nous rassurer, avec indulgence et compréhension. Qu'est ce que ce meilleur ami pourrait nous dire ? nous conseiller ?
Sentons comme c'est important pour nous cette acceptation (par l'autre et ensuite par nous) de nos fragilités et nos faiblesses. Nous sommes humains !!


Aujourd'hui, j'arrête de me fixer des objectifs inatteignables

Bien entendu, nous devons nous booster et nous encourager à nous dépasser, mais parfois nous plaçons  la barre tellement haute que nous nous mettons automatiquement en difficulté voire en échec.
Soyons conscients de nos limites et de nos fragilités, soyons également conscients de notre état dans le moment présent et agissons plutôt pas à pas. 
Concernant le programme des intentions par jour, l'idée n'est pas de tout changer en une journée mais plutôt de considérer une journée comme la première journée de notre vie et d'ouvrir notre conscience à différentes possibilités. Il n'y a pas de résultat à atteindre, c'est bien trop intime et profond. 
Faisons, chaque jour, du mieux que nous pouvons, pas à pas.

Aujourd'hui, je me sens reliée

Pour certains, j'imagine que cette phrase a du sens mais pour d'autres, le sentiment d'être relié est plus vague et même inconnu. 
Et pourtant, se sentir relié augmente la confiance en soi, nous n'avons plus cette sensation de séparation, de solitude.
Mais relié à quoi ? 
Sentir un lien intérieur avec les personnes que nous aimons, tout d'abord mais aussi avec d'autres personnes. Se sentir relié à la nature lorsque nous marchons, courons, jardinons. Sentir le lien avec les animaux aussi.
Et surtout, se sentir en lien avec soi, par une écoute profonde, des moments de paix et de silence, une acceptation entraînée et donc naturelle.

La qualité nécessaire pour sentir ce lien est une présence à soi, à  l'autre mais aussi à l'instant.
Alors aujourd'hui, je choisis d'avoir cet état d'esprit, ouvert et attentif, conscient et sensoriel .


Aujourd'hui, je décide d'arrêter de me comparer

La comparaison est un frein important à l'estime de soi, elle peut induire une dévalorisation en trouvant les autres toujours mieux que nous. Dès notre enfance, à l'école ou dans notre famille, on nous a comparé aux frères et sœurs, aux bons élèves, aux enfants sages ... et nous avons eu cette sensation de ne jamais être à la hauteur.
Parfois cette tendance est positive car elle nous booste mais souvent, elle nous dévalorise.
Nous sommes uniques, avec des spécificités propres à chacun de nous, nous avons toutes et tous des talents et des qualités spécifiques.
Alors en ce dimanche, je vous propose de prendre conscience de votre unicité et considérer l'autre de la même façon.

Aujourd'hui, je me fais plaisir avec plaisir

Nous passons plus de temps à faire plaisir qu'à nous faire plaisir. Est ce égoïste de se faire plaisir ? et bien non, être égoïste c'est s'occuper de soi alors que l'autre est en train de se rouler par terre de douleurs, par exemple. Alors, lâchons notre culpabilité et prenons notre plaisir au sérieux. 
Sachons faire ce que nous aimons, ce qui nous procure de la joie mais sachons aussi ne rien faire, en fait à nous de choisir ce qui correspond au mieux de votre état d'être à l'instant présent.
Belle journée
Grace-flinn.tumblr.comsuzannedraws.tumblr.com  

Aujourd'hui, je parle à mon corps et je l'écoute aussi

Le rapport à notre corps est très souvent un sujet difficile. 
 
Il est le témoin de notre histoire et de nos vécus. 
Nous pouvons le haïr, le refuser, le maltraiter, le dénigrer, le pousser dans ses retranchements, le forcer, l'empêcher de vieillir,  l'ignorer..... mais il est toujours là!  
Avec nous, fidèle serviteur...
Il est le reflet de notre intériorité, il nous dit lorsque nous sommes tristes, joyeux ou apeurés, il nous envoie des informations sur nos choix, il réagit à ce que nous vivons, il est incroyable notre corps !

Alors je vous propose aujourd'hui, de prendre un petit moment pour lui écrire une lettre, lui dire ce que vous détestez chez lui, ce que vous aimez, le remercier pour tout ce qu'il fait pour vous, lui dire comment vous aimeriez qu'il soit.....
Mais vous pouvez aussi l'écouter, entendre ses conseils, ses autorisations, son avis, ses besoins...
Un vrai dialogue avec notre corps peut nous aider à le libérer et à l'aimer.


Aujourd'hui, je regarde ce que je déteste chez moi avec bienveillance

Nous avons tendance à vouloir effacer nos défauts, ce que nous détestons chez nous, toutes ces parties que nous pouvons voir chez l'autre avec une certaine forme de rejet, nous les reconnaissons bien (ou pas, phénomène de projection) et si nous pouvions nous en débarrasser, nous le ferions sur le champs. 
Mais le drame est que plus nous cherchons à les effacer, plus elles prennent de l'importance.
Alors, je vous propose tout d'abord, d'en prendre conscience lorsqu'elles s'activent. Et avec une respiration naturelle, de les accueillir, car elles font partie de nous mais ce n'est pas tout nous, juste une partie.  
Ensuite de chercher à comprendre ce qu'elles m'ont permis de faire ou d'être. Par exemple, la procrastination peut me protéger d'un éventuel échec.
Et ensuite de vous interroger sur ce qu'elles vous ont encouragé de développer car souvent, nous cultivons des aptitudes, des talents, des qualités pour justement répondre à nos parts d'ombre.
Par exemple, si nous avons une tendance à vouloir que tout soit parfait, cette perfection nous  permet de nous surpasser et de réussir.  Ou encore, si nous reprenons le cas de la procrastination, elle a peut être encouragé une rapidité de décision chez le sujet.
Alors accueillons, apprivoisons et aimons ce que nous détestons chez nous.


Aujourd'hui, je sors de ma zone de confort inconfortable

Parfois, nous nous réfugions dans une zone de confort, ce refuge est au début confortable mais il peut devenir limitant. Par exemple, une personne se dit heureuse d'être casanière, de rester chez elle mais derrière ce pseudo cocon, il y a peut être une peur de prendre l'avion, de sortir de sa zone de sécurité qui l'empêche d'explorer de nouveaux territoires, de vivre de nouvelles expériences.
Aujourd'hui, je vous propose de lâcher certaines habitudes, manières de faire, d'oublier les "je peux pas", " c'est pas pour moi" ou "je n'ose pas" pour vous ouvrir à autre chose.

Osons sortir de notre zone de confort même si nous avons peur. 
Que puis je faire que je n'ai jamais osé faire? 
Si ce n'est pas possible pour nous, commençons par une petite chose, un petit pas avec un filet de sécurité. Si nous reprenons notre exemple, la personne peut commencer par faire un petit voyage d'une journée  avec la possibilité de rentrer chez elle, ou pas.
Belle journée

Aujourd'hui, je demande à mon entourage ....


Nous connaissons bien nos défauts, les autres nous les renvoient parfois, nous pouvons les refuser mais en fait, intérieurement, nous leurs donnons beaucoup d'importance et de valeur. Alors pouvons nous demander à nos proches, nos qualités ? Prenons conscience comme c'est bon d'entendre du positif sur nous car au fond, nous cherchons toutes et tous à être aimé et reconnu.
Ensuite, nous élevons à notre conscience ces qualités, c'est à dire qu'elles s'intègrent à nous et nous ré informons le petit garçon et la petite fille au fond de nous . 
Aujourd'hui, je prends conscience de toutes les aspects positifs que j'ai su, ou pu développer tout en sachant que je ne suis pas que cela, je suis bien plus vaste et complexe et je m'en réjouis.

Aujourd'hui, je crée mon espace personnel

Il est extérieur à soi tout d'abord, nous le recherchons dans notre maison, un endroit pour nous, un lieu où nous allons pouvoir nous ressourcer, nous réfugier si besoin. 

Cela peut être une chambre, un bureau mais si ce n'est pas possible, un espace dans la maison où je place une bougie, une jolie petite plante. Souvent, nous prévoyons cet espace pour nos êtres chers mais nous nous oublions, alors qu'il est essentiel d'avoir une zone confortable pour nous. Car nous avons de la valeur.

Ensuite, il est aussi intérieur, un endroit imaginaire ou réel dans lequel je chemine par la force de mon esprit. Cela peut être un jardin, une plage, un désert ..... il est d'une grande beauté (pour nous) et tous nos sens sont en éveil. Dans ce lieu, nous pouvons nous reposer, nous baigner, réfléchir, méditer, marcher ....et ainsi nous ressourcer, nous purifier, faire un choix, mettre du sens....
Trouvons notre espace aujourd'hui.

Aujourd'hui, je m'accorde de la douceur

Lâcher le rythme effréné de la semaine, se débarrasser, peut être, des messages "sois fort(e)" ou "fais des efforts", abandonner la dureté des mots et des pensées et accéder à la douceur.
Douceur, tout d'abord, dans notre rythme, nous pouvons ralentir et privilégier le "rien faire" au "faire tout".
Douceur, aussi, dans notre intériorité, nous pouvons être bienveillante avec nous et nous accorder des plaisirs ainsi que des indulgences.

Douceur, enfin, avec les autres, les regarder avec notre cœur et les accepter sans condition.
C'est un cadeau que nous nous accordons,normal car nous avons de la valeur.
"j'ai de la valeur alors je m'accorde de la douceur"!! 
Bon dimanche


Aujourd'hui, je regarde dans mon rétro intérieur

Il est parfois douloureux de regarder en arrière, et le passé vient souvent hanter notre présent, mais aujourd'hui, je vais aller chercher dans mes souvenirs toutes mes réussites. Réussites scolaires peut être mais aussi toutes les épreuves que j'ai traversé, tous les défis que j'ai surmonté, toutes les relations que j'ai pu garder, tout ce que j'ai su accepter et transformer.
Remontons bien loin, depuis notre enfance, et apprécions la capacité de l'enfant que nous étions de nous adapter et de nous en sortir dans des contextes parfois très difficiles.
Allons chercher ce que nous avons crée, bâtit, élaboré, construit. Nous sous estimons nos réussites, certainement pour ne pas être "orgueilleux " mais ce n'est pas de l'orgueil d'avoir un regard lucide et bienveillant sur nous et notre parcours mais juste un acte qui renforce la confiance en soi.

Aujourd'hui, je fais le test du regard

L'estime de soi est un processus dynamique qui se construit. Il commence avant la naissance et continue jusqu'à la fin de la vie. Donc bonne nouvelle, si le regard de nos parents, qui est le premier miroir, n'a pas favorisé une bonne estime de nous, nous pouvons y travailler. L'estime de soi est la valeur que je m'accorde. Suis je valable ? 

Le test du regard est d'apprécier lorsque je suis en face de quelqu'un, ce que je ressens. Est ce que je sens que j'ai de la valeur lorsque je suis en contact avec cette personne ? ou au contraire, est ce que je me sens mal et je me dévalorise ? 
Ainsi, nous pouvons sortir de la confusion en passant de "j'ai pas de valeur, je me sens nulle" à "avec cette personne, je ne me sens pas bien, je ne me sens pas valorisée", percevez vous la différence ? 
La dévalorisation est un frein majeur à l'estime de soi.

Aujourd'hui, mon coeur bat et je m'en réjouis

Aujourd'hui, nous allons nous asseoir et écouter notre cœur battre.  De cet organe, essentiel à notre survie, nous allons laisser venir devant nous (grâce à notre esprit) une personne que nous aimons, adorons, chérissons. Elle apparait et nous sentons une énergie, puissante énergie de l'amour. Vous pouvez laisser venir une couleur ou une chaleur. Vous restez connectés à cette énergie, à cet amour et vous laissez rayonner en vous. Cette chaleur rayonne dans tout votre corps, dans vos muscles, votre peau et vos cellules. Vous rayonnez d'amour. En vous, pour vous.
Et c'est bon, c'est chaud et il suffit d'instants d'être pour faire rayonner notre cœur, qui bat et nous nous en réjouissons.


Aujourd'hui, je me connecte à ma petite fée !

Vous savez celle qui s'est penchée sur notre berceau et qui nous a doté de merveilleux talents. Mais, au fur et à mesure, des apprentissages, des acquisitions et des expériences, nous avons oublié (ou négligé) ces merveilleux talents.
Alors aujourd'hui, je prends le temps de faire une liste de tout ce que je fais facilement, avec succès et facilité et j'élève à la conscience cette liste. 
Élever à la conscience, c'est ne pas laisser notre mental minimiser ou banaliser ces capacités que nous avons, par exemple "tout le monde sait faire cela !!" ou "il n'y a rien d'extraordinaire ". Et bien, nous sommes uniques et les talents que nous possédons sont uniques comme notre ADN l'est.
belle journée

Aujourd'hui, j'abandonne le Blanc ou Noir pour la couleur

Vous allez me dire mais qu'est ce le Blanc ou Noir ? C'est la dualité et si il y a bien quelque chose que nous allons devoir abandonner pour s'aimer, c'est la dualité.
Rien n'est vraiment blanc ou vraiment noir. Rien n'est vraiment nul ou vraiment bien, vraiment beau ou vraiment "moche", vraiment bête ou vraiment intelligent.... C'est l'égo qui nous amène dans cette dualité et nous jugeons et jugeons l'autre avec cette violence.

Le premier pas de l'estime de soi est d'accueillir ce qui est (une partie de nous, une situation, une personne..) et d'observer tous les aspects ou du moins les différentes couleurs. Nous lâchons la façon de voir "duelle" pour une manière plus subtile, plus détaillée, en osant changer nos perceptions.
Alors aujourd'hui, à chaque fois que j'observe un couperet en moi, sur un aspect de moi même, sur une autre personne, sur ce qui m'arrive... je me demande si je peux avoir accès à une autre façon de voir, de percevoir, haute en couleur et tellement plus vivante.



Aujourd'hui, je m'installe avec moi même

Pour débuter ce nouveau programme, et avant de commencer à plonger dans les expériences et les réflexions, je vous propose, pendant cette journée, de prendre un petit moment pour nous. 
De nous installer, confortablement, avec nous même. Au début,le mental va être très bruyant, il a besoin de parler haut et fort, mais au fur et à mesure, il va s'apaiser. Ayons confiance dans nos capacités d'amener graduellement le silence en nous. 
De profiter de ce silence, car il est bon et apaisant. 

A un moment, nous nous poserons la question
 "comment je me sens avec moi même ?"
et j'accueille la réponse sans jugement. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, la question est plus importante.
Les réponses sont fonction du moment présent, de ce que nous vivons mais aussi de ce que nous avons vécu et enfin de ce que nous envisageons de vivre.  
Puis nous revenons à nos activités. Et nous pouvons, plus tard, refaire ce petit arrêt sur image dans les différents contextes de nos vies et voir si la réponse diffère.
Nous passons toute notre vie avec nous même, il n'y a pas d'autre "moi même" à notre disposition alors nous pouvons avoir l'intention de cheminer afin de parvenir, un jour, à s'installer confortablement avec soi et sentir la joie d'être qui je suis, un "être" en perpétuelle évolution.


Aujourd'hui, j'abandonne le "je fais tout bien"

Les 21 jours du programme "une intention par jour pour s'alléger" proposent des pistes pour lâchez prise. Mais il est évident que la liste n'est pas exhaustive et que nous pourrions cheminer sur cette intention jusqu'à la fin de l'année.
Alors, aujourd'hui, nous allons accepter de faire comme on peut, d'avancer à notre rythme, de parfois revenir à des schémas, des scénarios qui nous font souffrir, d'être nous même avec notre vulnérabilité et nos fragilités.
Donc je ne cherche plus à faire "tout bien" mais "je fais du mieux que je peux" et ce message est tout particulièrement pour les femmes qui souffrent de toujours vouloir tout faire et bien faire, alors Mesdames, aujourd'hui, c'est vacances !!

C'est une première étape vers l'acception et l'amour de soi et je vous propose à partir de lundi un nouveau programme
 "Une intention par jour pour s'aimer" pendant 21 jours.

Aujourd'hui, je fais une pause et j'accueille

Pendant ce programme, nous avons tenté de faire le vide autour de nous (avec la poubelle), nous avons cherché à apprivoiser notre mental et nos pensées, lâcher notre culpabilité mais pris conscience de notre responsabilité dans ce qui nous arrive, nous avons pu alléger notre tendance à tout prévoir ou a ressasser les événements passés. 
Se détendre, faire le vide et se faire plaisir ont été nos intentions, avec une acceptation vraie et sincère de ce qui est et de l'autre. 
Nous arrivons donc à la fin de notre parcours demain, et aujourd'hui, je vous propose de tout accueillir et de vous reposer. Ce repos peut être physique mais surtout psychique et émotionnel, soyons présent et légèrement détaché, dans toutes les séquences de notre journée. 
Une présence bienveillante, sensorielle et sereine.

Belle journée
 

Aujourd'hui, j'abandonne le catastrophisme et je demande le meilleur

Nous sommes dans une société anxiogène. Si nous regardons les news, tout nous indique que le pire peut arriver. Si ce n'est pas une catastrophe météo, c'est une maladie incurable ou une explosion. Bien entendu, il y a le réchauffement de la planète, une multiplication des attentats......mais nous en rajoutons en imaginant le pire, pour nous, pour notre famille, pour le monde...


Nous avons le choix de "tricoter" des événements dramatiques dans notre futur hypothétique et ainsi réduire notre liberté et notre autonomie ou alors, orienter nos pensées vers ce qu'il y a de meilleur pour nous, pour notre famille, pour notre entourage .....
Alors vous allez peut être me dire, "c'est bisounours!". Effectivement, je suis d'accord mais je choisis plus facilement la joie, la sérénité et l'EN-VIE d'avoir des projets plutôt que l'angoisse, les peurs et le défaitisme.
Car c'est juste plus agréable pour soi et pour les autres, de regarder le merveilleux de la vie et du monde. Surtout, quand nous souhaitons être léger, ce qui est notre intention sur ce programme qui se termine bientôt. 
Belle journée 
ps : en écrivant ce post, je regarde les gros nuages à ma fenêtre (Je peux me dire "il va faire encore un mauvais temps !!") et je vois le ciel orange flamboyant, des jolies étoiles étincelantes et je m'émerveille ! J'ai le choix. 


Aujourd'hui, je ne cherche plus à avoir raison

Je suis en face d'une personne qui affirme et parle fort. Je ne suis pas d'accord avec elle. 

J'ai le choix (j'ai toujours le choix) soit je parle plus fort et j'affirme avec plus d'arguments donc je cherche à avoir raison et là c''est mon égo qui agit,
soit j'accepte que l'autre puisse avoir raison, j'accepte que l'autre en soit là, sur son cheminement, j'accepte que l'autre sache mieux que moi ....... et là je m'allège d'une guéguerre relationnelle qui épuise. Dans ce cas, je ne suis plus dans mon égo mais une présence bienveillante et curieuse.

Alors vous allez me dire "oui mais on peut pas laisser tout passer !!". 
Naturellement, nous ne pouvons pas laisser tout passer mais une attitude humble, ouverte et curieuse de découvrir comment l'autre pense, est beaucoup plus facile à vivre que l'inverse.
Socrate admettait :  " tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien"
Belle journée 
 

Aujourd'hui, je comprends que s'alléger c'est accepter

Reprenons notre liste et parcourons les différents éléments que nous souhaitons lâcher. Le plus souvent, nous refusons ces problèmes (qu'ils soient émotionnels, relationnels, familiales, professionnels....) et ces parties de nous (caractère, "défauts", corps, croyances, réactions.....) et c'est pourquoi nous voulons juste nous en débarrasser et devenir "parfait", reconnu et aimé.
Tout le cheminement d'"une intention par jour" est de prendre conscience de tout ce qui nous pèse et nous fait souffrir. Prendre conscience, c'est allumer la lumière dessus car tout cela, que nous le voulions ou non, existe. Et ainsi nous rentrons dans le processus d'acceptation : je n'aime pas cela, je ne suis pas d'accord mais ça existe !

L'acceptation, selon moi, n'est pas un processus mental ou intellectuel mais très physique. Nous pouvons sentir comme un relâchement en soi, un mouvement subtil de détente ou de déplacement. Ce n'est pas une résignation, c'est juste accepter ce qui est.

Alors dans notre liste, nous allons prendre les éléments qui concernent notre personnalité, un par un, et sur chaque élément, s'adresser à lui (c'est une partie de moi) et lui demander "qu'est ce que tu m'empêches de faire ou d'être ?" "qu'est ce que tu me permets de faire ou d'être ?" "Tu es là pour répondre à quel besoin ? ou à quel événement du passé ?" et ensuite respirer tranquillement. Tout ce que l'on met en place en nous a une fonction, la trouver, donne du sens et permet l'acceptation.
C'est tout le travail de Sophro analyse.
Bon dimanche



Aujourd'hui, je me débarrasse des contraintes et je me fais plaisir

S'étirer dans le lit, 
ouvrir sa fenêtre et inspirer l'air du dehors,
goûter à la joie de vivre une nouvelle journée,
se préparer un "beau", très "beau" petit déjeuner,
regarder les couleurs, humer les senteurs, gouter les saveurs de ce petit déjeuner,
s'occuper de son corps avec délicatesse et conscience,
marcher dans la nature,
parler à un ami,
faire le marché,
danser en faisant le ménage,
chanter sous la douche,
regarder ses enfants jouer,
sourire à des passants dans la rue,
flâner dans les boutiques, les librairies,
aller voir un bon film au ciné,
se blottir contre la personne aimée,
....
vous voulez encore des idées de plaisir ? 
le plaisir peut être dans chaque instant de la vie,
il procure de la joie et de la détente,
à consommer sans modération
 

Aujourd'hui, je je m'assieds et j'écoute

Une minute ou une heure, arrêtons et écoutons,
écoutons le silence mais aussi les sons,
écoutons notre respiration et l'agitation de notre mental,
laissons nous le temps d'apaiser les flots de tout ce petit monde intérieur,
et à un moment,
plus de mots, ni de pensées, plus de faire ni d'avoir, plus d'inquiétude ni de futur,
juste l'instant présent dans toute sa splendeur.


Aujourd'hui, je prends la décision de tout faire pour lâcher mes casseroles



Et oui, à un moment, nous devons nous retourner et regarder ce que nous trainons derrière nous, depuis des années.
Que ce soient des blessures, des événements, des incompréhensions, des humiliations, des pertes ou des impressions d'abandon.... la liste peut être longue et nous ne sommes pas égaux dans ce domaine,  de nombreuses casseroles, bruyantes et invalidantes, influençant négativement nos vies.

Il y a une très belle méditation dansante de Bhagvati (la méditation des 4 directions). Pendant un long moment, sur une musique un peu envoutante et très belle, nous nous tournons vers l'arrière (le passé) afin de le lâcher, vers les côtés (le présent) et vers l'avant (le futur). (bhagvati-tantra.com)
Pacifier notre passé, seul ou accompagné par un professionnel , est un acte d'amour pour nous mais aussi pour le monde qui nous entoure car souvent, nos casseroles nous empêchent de bien vivre avec soi et avec les autres.

Aujourd'hui, je me débarrasse de cette manie de tout prévoir

Il est humain de vouloir tout prévoir, l'évolution de l'humanité a renforcé cette tendance de  se préparer à toutes les éventualités pour survivre.
Mais il existe une différence entre "tout prévoir" et "programmer". Nous pouvons réfléchir vers quoi nous allons (l'intention) ainsi que les grandes étapes (la programmation)  et ensuite revenir à l'instant présent. Mais vous allez me dire, "je me résigne alors " "je laisse la vie contrôler ma vie"!!
Le contrôle n'a pas lieu d'être car nous savons qu'au final, nous ne contrôlons absolument rien.
Alors aujourd'hui, nous pouvons tenter de lâcher cette manie et revenir à l'instant présent. Nous avons besoin d'une qualité pour le faire. La confiance, la confiance dans notre vie, notre existence. La conscience que tout ce qui arrive a un sens. Et ainsi, nous nous connectons à la sagesse de l'incertitude et nous vivons notre vie, là, ici et maintenant.

Aujourd'hui, je lâche mes "gnangnans" et je souris

Qu'est ce que les gnangnans ? et bien toutes les histoires intérieures que nous nous faisons sur nous, sur ce que nous vivons. Nous avons des scénarios (qui finissent souvent mal) que nous répétons et qui viennent renforcer des croyances, des certitudes que nous avons sur nous ou sur le monde.
Exemple, "je ne mérite pas l'amour" (croyance) et à chaque que je rencontre quelqu'un, l'histoire se termine mal (le scénario), normal car je ne crois pas à l'amour.
Alors ces histoires et ces croyances ont une fonction. Elles nous ont très certainement protégées d'une souffrance. 
Mais là aujourd'hui, je ne vous propose pas de tout résoudre (il faut parfois une vie pour s'en libérer) mais dès que nous sentons que nous rentrons dans un "gnangnan", nous allons sourire. Car le sourire détend, rassure et libère en nous des hormones positives.
 Belle journée


Aujourd'hui, je me débarrasse du "c'est de sa faute!"

Nous avons tous une tendance à incriminer l'autre, les autres, le monde, la vie.... Si je suis malheureuse, c'est de sa faute, si je ne m'entends plus avec l'autre, c'est à l'autre de changer, si je n'y arrive pas, c'est l'autre qui m'en empêche...... si je n'y arrive pas, c'est à cause de mon enfance, mes parents, mon patron, mon mari..... 
C'est très difficile de poser un regard sur soi et se demander 
"Suis je responsable, au moins en partie dans ce problème ou cette situation?" 

"Être responsable", c'est être capable de donner une réponse. Alors, je reprends cette partie de ma responsabilité et je peux agir (ou non). Je reprends le pouvoir sur ma vie. 
La responsabilité nous redonne une capacité d'action et de liberté. Je ne suis plus enfermée dans ma colère, mes reproches. Je n'oublie pas que je peux mettre une heure pour me calmer d'une colère d'une minute.
Et je suis ainsi dans une position de vie où je m'accorde de la valeur (je suis autonome et je ne dépends plus de l'autre) et l'autre a de la valeur (il est plus vaste que ce que je vois de lui à travers la colère).
Belle journée

 

Aujourd'hui, j'allège mes repas

Nous le savons, nous mangeons trop. Les habitants d'Okinawa (île du Japon que l'on nomme l'île des centenaires) arrêtent de manger dès les premiers signes de satiété alors que nous arrêtons de manger lorsque nous sommes repus.
"Beaucoup manger" a une incidence sur notre conscience, notre énergie, notre ouverture à l'instant présent. 
Aujourd'hui, nous faisons l'expérience de se servir des assiettes moins remplies et de nous arrêter de manger un peu plus tôt, de sortir de table avec le ventre léger.
Alors nous passons du "beaucoup manger" au "manger léger et mieux" .

C'est dimanche, nous avons du temps, alors retournons à notre liste de ce que nous souhaitons lâcher, dans notre petit carnet, et nous nous demandons sur chaque point "qu'est ce que cela m'empêche de faire ou d'être ?". Mettre plus de conscience sur nos mécanismes et leurs effets va nous aider à lâcher.
très belle journée 


Aujourd'hui, je me laisse flotter


 Nous avons parfois cette sensation de flotter, comme si nous étions porter par l'eau. Cette sensation peut apparaitre lors d'une attente tranquille, en écoutant la douceur d'une voix, en découvrant un endroit avec nos sens.. 
c'est un moment de rien et de tout à la fois, un moment d'être et non de faire. Un moment de bien être ? c'est l'égo qui juge si c'est bien ou pas bien, mais lorsque nous flottons, nous ne sommes pas dans le jugement mais dans l'unité, douce et intemporelle.
Invitons cette sensation sans la rechercher vraiment, soyons juste disponible et ouvert. 
Le samedi peut être une journée propice à ce moment de grande légèreté.

Aujourd'hui, j'arrête de porter

Je vous propose un conte qui m'accompagne souvent quand je rumine un problème que je n'arrive pas à lâcher.
belle journée

Aujourd'hui, je regarde vraiment

Nous comprenons au fur et à mesure de notre cheminement que le plus lourd est à l'intérieur de nous. 
Que ce soient nos pensées, nos histoires, nos croyances, nos interdictions, notre auto sabotage, nos messages inconscients, nos anticipations.... 
C'est comme si nous avancions sur notre chemin avec des vêtements lourds et trop serrés.
Le fait de regarder vraiment, regarder l'extraordinaire dans l'ordinaire, nous allège car nous sommes obligés de lâcher.
Faisons l'expérience de ce lachez prise pendant toute cette journée.
Tentons de capter dans notre réalité, toute la beauté et émerveillons nous !!
belle journée

Aujourd'hui je me débarrasse du "c'est de ma faute!"

La culpabilité est un sentiment aux vibrations très basses. Combien de fois par jour, nous pensons que nous avons mal fait, parfois nous le pensons très fort mais souvent c'est un murmure intérieur que nous n'entendons même pas. C'est une vieille habitude que nous avons prise enfant car nous pensions le plus souvent que c'était de notre faute.
Alors aujourd'hui, je tente de me débarrasser de ma culpabilité. 
Comment ? 
- soyons attentif dans notre journée de travail ou à la maison à tout ce qui se passe
- nous commençons toujours par des petites choses, des petits événements, des paroles anodines, avec un impact émotionnel faible,
- nous prenons conscience de l'émergence de la culpabilité (souvent il y a un léger mouvement dans le corps, une tension ou un repli)
- nous nous posons la question "ai je envie de la garder ? " " a t-elle encore une fonction pour moi?"
- nous respirons calmement, consciemment, et à chaque expiration, nous affirmons 
"je choisis de croire en moi" ou "je fais du mieux que je peux"
Belle journée

Aujourd'hui, je simplifie

Tout au long de la journée, je me demande "puis je faire plus simple?" "puis je penser plus simplement ?" " puis je aborder ce problème avec plus de simplicité ?"....
Nous nous compliquons la vie, le plus souvent. Partons de tâches quotidiennes et demandons nous si nous pouvons les accomplir plus facilement pour nous. Il est toujours très intéressant de partir du quotidien et du récurrent et ensuite, nous aurons des occasions, au cours de ce programme, de simplifier plus largement des aspects de notre vie.

Enfin, je retourne à mon carnet avec la liste de ce que je souhaite lâcher,  et sur chaque point, je me demande "suis je prête? ai je envie ? est ce le moment ?"


Aujourd'hui, je lâche les pensées

Je vous propose un petit exercice qui ne va pas tout résoudre mais il va nous permettre de prendre du recul par le flot incessant des pensées. Ce bavardage est épuisant et peut devenir "souffrant". Alors en cette journée dominicale, je vous propose un petit exercice avec des sons (plutôt à haute voix mais vous pouvez le faire silencieusement).
A faire et à refaire sans modération.
Belle journée

Aujourd'hui, je prends une poubelle ...

Le travail commence. 
Hier nous avons fait la liste de ce que nous avions envie de lâcher et aujourd'hui, je vous propose, dans votre maison, bureau, ..... de prendre une poubelle (une poubelle pour chaque pièce car vous pouvez recycler) et de passer dans toutes les pièces, lentement, en respirant profondément et de regarder (vraiment) ce qui vous entoure.
Par exemple, je peux jeter tous les aliments périmés dans mon frigidaire, je peux me débarrasser d'éléments dont je me sers jamais.
Je peux également aller faire un tour dans ma chambre et dans mes placards, si je n'ai pas porté depuis plus d'un an un vêtement, peut être que ce même vêtement va rendre heureuse une autre personne.
Je prends tout mon temps et je m'amuse. Et je peux même me dire intérieurement "je m'allège, je me fais du bien"
Si j'ai des difficultés, je prends 1 chose, juste une que je suis prête à lâcher. Et je me félicite.
Et je peux consigner dans mon joli carnet, comment je me suis sentie pendant, comment je me sens après, ce que je n'ai pas réussi à lâcher.......
Mais dans tous les cas, j'affirme "je suis fière de moi !"
belle journée


Aujourd'hui, je commence par faire la liste

Le programme commence aujourd'hui et il est important, dans cette première journée, de savoir ce que je souhaite lâcher pour m'alléger.
Est ce une (mauvaise) habitude ? une décoration trop chargée ?  des objets inutiles ? une croyance invalidante ? un souvenir ? une relation polluante ? un regret ? des kilos ? un mari ou une épouse ?
Alors, vous pouvez vous balader toute la journée avec votre carnet et alimenter cette liste.
Et comment vous vous sentez en faisant la liste ? est ce libératoire ? énervant ? stressant ?
Je commence aussi aujourd'hui à faire ma liste dans mon très beau carnet;
Belle journée

Le programme commence demain

L'automne arrive, nous rentrons dans une nouvelle période.
Chaque saison est l'occasion de renouveau,
et l'automne est la saison de l'allègement.
Il est temps de vider, lâcher, jeter, libérer, se débarrasser,
de nos vieilles habitudes, objets, croyances, scénarios, relations........
C'est un allègement à tous les niveaux (mental, émotionnel, intérieur, corporel...)
Nous le ferons dans notre quotidien avec une nouvelle intention chaque jour.
A demain 


Instant de respiration

La respiration permet le recul, je ne vais pas résoudre par le mental (contrairement à mes croyances) mais parfois, une bonne marche avec une respiration consciente, un bon bain ou une douche avec une expiration douce et lente.... permettent une distance et cette distance va changer nos perceptions et ainsi voir d'autres champs des possibles.
Je vous propose aujourd'hui de retrouver des séances que j'avais enregistré il y a des années.
Belle journée
Séances guidées

Instant de respiration

Debout, les jambes écartées de la largeur des hanches, je vous propose de faire une profonde inspiration avec un mouvement des bras comme si vous ramassiez quelque chose sur le sol et que vous le rameniez vers votre cœur. Vous prenez l'énergie de la terre mère. Puis, dans une expiration profonde, vous laissez diffuser cette puissante énergie dans tout votre corps.
Faites le plusieurs fois.
Puis assis, je vous invite à vous installer dans votre posture avec le dos légèrement détaché du dossier, inspiration par le nez et expiration par l'intérieur de votre corps. Naturellement, le souffle va sortir par le nez mais faites en sorte de le ralentir. Laissez votre respiration se poser, naturellement, avec la conscience de l'air qui arrive de l'extérieur et l'air qui se diffuse à l'intérieur. 

Belle journée