Aujourd'hui, chouette, je prends mon carnet pour un nouveau programme!!

" Se sentir en vie " quelle étrange idée car je vis, je suis vivante donc je me sens en vie ?
et bien ce n'est pas aussi évident. 

Nous pouvons chercher cette stimulation de vie dans l'activité, dans le faire, je cours dans tous les sens et je suis débordé, occupé, important ? oui mais pas nécessairement vivant.
Nous pouvons également amasser des biens, de l'argent, des relations, des meubles ou des fringues, crouler sous "l'avoir" et je suis plein de tout, rempli ? oui mais pas nécessairement vivant.
Se sentir en vie est un élan qui jaillit à l'intérieur de nous comme un gisement d'énergie vital. Un sentiment d'épouser notre être et notre existence. Se sentir en vie est une flamme intérieure et profonde qui nous entraîne vers le meilleur pour nous et avec les autres.  Mais peut être avez vous d'autres sens à donner à  "se sentir en vie"?. 
Alors, prenez quelques minutes pour écrire sur votre carnet "qu'est ce que cela signifie pour moi ?"et surtout, dans ma vie, en ce moment," est ce que je me sens en vie ?"
Je vous propose, pendant 21 jours, de cheminer ensemble vers cet élan vital, avec humilité, simplicité et honnêteté mais aussi bienveillance, chaleur du cœur et  joie. 
a demain


Pause d'intégration

En préparation de notre prochain programme "une intention par jour" pour se sentir en vie, je propose qu'aujourd'hui, nous fassions des pauses d'intégration.

Des petits moments, brefs et répétés, où nous arrêtons "le faire", la course, la cogitation, le jeu de "qui a raison", la précipitation....... pour juste "être", dans le silence

Bonne expérience
Bayonne, un matin au réveil

Aujourd'hui, j’écris mon affirmation « I lovemyself »



Le programme s’achève mais un autre va redémarrer très vite (voir ci dessous) ;

Nous avons expérimenté le recentrage et avons veillé à être doux avec soi, nous avons recherché nos talents, nos qualités, nos réussites mais aussi regardé avec bienveillance nos défauts, nos limites, nos croyances négatives, nos jugements, nos échecs.

Se relier avec soi et le monde par le cœur et non juste par le mental, se préserver une zone de ressourcement et de paix, se sentir relié, connecté et prendre soin de soi sont déjà de magnifiques défis

Trouvons une affirmation qui va nous ré ancrer automatiquement dans cet état d’esprit. Cela peut être « je m’aime et je m’accepte tel que je suis » ou  autre chose.

A partir du 19 octobre "une intention par jour pour se sentir en vie" 

A bientôt 


Aujourd'hui, je transforme ma plainte en demande

Combien de fois, nous nous épanchons avec nos amis sur ce qui ne va pas, ce qui nous fait souffrir et combien de fois, nous chouinons à l'intérieur de nous.
Pour s'aimer, il est important d'écouter cette plainte naturellement car elle a un sens mais si elle s'installe en nous comme une huitre à son rocher, nous pouvons chercher le besoin qui se cache derrière la plainte. Connaître ses besoins est essentiel pour se sentir OK avec soi et avec les autres.
Et surtout, si nous sommes dans une position de victime, nous risquons de nous retrouver face à un sauveur ou à un persécuteur et rentrer dans un jeu psychologique.(référence triangle de Karpman).
De plus,  nous cessons de chercher chez l'autre la satisfaction de nos besoins (reconnaissance, amour, bienveillance,....) et nous sommes plus disponible pour la relation. (à revoir lors du prochain programme)
Alors aujourd'hui, je transforme ma plainte en demande.

Aujourd'hui, je m'occupe de mon corps avec soin

L'expérience de prendre soin de soi n'est pas l’œuvre d'une seule journée, c'est une nouvelle habitude, un peu comme se laver les dents ou prendre notre petit déjeuner.
Au réveil, nous pouvons nous étirer dans notre lit, consciencieusement, dans tous les sens et  écouter notre baromètre intérieur (intéressant ensuite de voir les changements d'humeur le long de la journée), une nouvelle journée s'annonce et elle est importante.
A la toilette du matin, je peux me huiler, brosser masser, tapoter, m'étirer encore..... soyons là, dans l'acte et non pas dans l'acte d'après. Parlons à notre corps avec bienveillance et respect.
Au cours de la journée, nous nous étirons (encore et encore) et nous respirons. Si nous sommes fatigués, nous inspirons profondément et nous restons quelques secondes en haut de l'inspire et si nous sommes nerveux, nous privilégions l'expire.
Le soir, au coucher, nous déposons nos paquets sur le côté (tous les problèmes, tracas, douleurs, sensations désagréables) et nous cherchons, en collaboration  avec notre corps, un endormissement doux.

Belle journée


Aujourd'hui, je dessine mes limites et je me protège

Nous n'arrivons pas, parfois, à mettre de la distance par rapport aux personnes, aux évènements...; Nous n'osons pas dire Non de peur de déplaire, de se faire rejeter ou mal aimer, nous nous laissons envahir, polluer, attaquer en réprimant nos émotions.

Alors que, comme nous l'avons vu précédemment, nous sommes uniques et nous avons de la valeur,  nous devons nous protéger et apprendre à prendre du recul.
J'aime l'exercice, debout, je prends bien conscience de ma posture, ancré sur le sol et verticalisé vers le ciel par le sommet de la tête, je m'élève, je m'étire, je me sens digne, une femme ou un homme debout et là, avec un crayon imaginaire, de la couleur de notre préférence, je dessine le contour de ma silhouette, je crée ainsi ma bulle de protection que je peux, selon mes désirs, agrandir ou ramener le plus près de moi. C'est une possibilité, expérimentons là mais nous pouvons aussi créer notre propre façon de nous protéger.

Nous avons, toutes et tous, les capacités de nous sentir en sécurité et de poser avec l'autre, nos limites. Le "Non" existe pour cela !! 
Belle journée
Petite parenthèse : si vous éprouvez des difficultés avec ce programme ou si vous avez des questions, vous pouvez m'envoyer un mail sur sophro@caroline-graspomarede.fr, je vous répondrai avec plaisir
 


Aujourd'hui, je regarde mes échecs avec les yeux de mon meilleur ami

Nous n'aimons pas les échecs et c'est normal. Nous voulons réussir en tout et nous ne supportons pas de ne pas y arriver. Comment était reçu l'échec dans votre famille ? que vous évoque le mot "échec" ? 

Laissons nous aller un petit peu, avec une feuille de papier et une pleine conscience pour faire la liste de nos échecs ou de nos erreurs et d'identifier les croyances et les jugements qui en ont découlé, sur nous, sur les autres, sur la vie, sur le monde......
Quel a été le discours intérieur lorsque nous avons échoué ou fait des erreurs ?
Puis imaginons maintenant que notre meilleur ami vient nous réconforter et nous rassurer, avec indulgence et compréhension. Qu'est ce que ce meilleur ami pourrait nous dire ? nous conseiller ?
Sentons comme c'est important pour nous cette acceptation (par l'autre et ensuite par nous) de nos fragilités et nos faiblesses. Nous sommes humains !!


Aujourd'hui, j'arrête de me fixer des objectifs inatteignables

Bien entendu, nous devons nous booster et nous encourager à nous dépasser, mais parfois nous plaçons  la barre tellement haute que nous nous mettons automatiquement en difficulté voire en échec.
Soyons conscients de nos limites et de nos fragilités, soyons également conscients de notre état dans le moment présent et agissons plutôt pas à pas. 
Concernant le programme des intentions par jour, l'idée n'est pas de tout changer en une journée mais plutôt de considérer une journée comme la première journée de notre vie et d'ouvrir notre conscience à différentes possibilités. Il n'y a pas de résultat à atteindre, c'est bien trop intime et profond. 
Faisons, chaque jour, du mieux que nous pouvons, pas à pas.

Aujourd'hui, je me sens reliée

Pour certains, j'imagine que cette phrase a du sens mais pour d'autres, le sentiment d'être relié est plus vague et même inconnu. 
Et pourtant, se sentir relié augmente la confiance en soi, nous n'avons plus cette sensation de séparation, de solitude.
Mais relié à quoi ? 
Sentir un lien intérieur avec les personnes que nous aimons, tout d'abord mais aussi avec d'autres personnes. Se sentir relié à la nature lorsque nous marchons, courons, jardinons. Sentir le lien avec les animaux aussi.
Et surtout, se sentir en lien avec soi, par une écoute profonde, des moments de paix et de silence, une acceptation entraînée et donc naturelle.

La qualité nécessaire pour sentir ce lien est une présence à soi, à  l'autre mais aussi à l'instant.
Alors aujourd'hui, je choisis d'avoir cet état d'esprit, ouvert et attentif, conscient et sensoriel .


Aujourd'hui, je décide d'arrêter de me comparer

La comparaison est un frein important à l'estime de soi, elle peut induire une dévalorisation en trouvant les autres toujours mieux que nous. Dès notre enfance, à l'école ou dans notre famille, on nous a comparé aux frères et sœurs, aux bons élèves, aux enfants sages ... et nous avons eu cette sensation de ne jamais être à la hauteur.
Parfois cette tendance est positive car elle nous booste mais souvent, elle nous dévalorise.
Nous sommes uniques, avec des spécificités propres à chacun de nous, nous avons toutes et tous des talents et des qualités spécifiques.
Alors en ce dimanche, je vous propose de prendre conscience de votre unicité et considérer l'autre de la même façon.

Aujourd'hui, je me fais plaisir avec plaisir

Nous passons plus de temps à faire plaisir qu'à nous faire plaisir. Est ce égoïste de se faire plaisir ? et bien non, être égoïste c'est s'occuper de soi alors que l'autre est en train de se rouler par terre de douleurs, par exemple. Alors, lâchons notre culpabilité et prenons notre plaisir au sérieux. 
Sachons faire ce que nous aimons, ce qui nous procure de la joie mais sachons aussi ne rien faire, en fait à nous de choisir ce qui correspond au mieux de votre état d'être à l'instant présent.
Belle journée
Grace-flinn.tumblr.comsuzannedraws.tumblr.com  

Aujourd'hui, je parle à mon corps et je l'écoute aussi

Le rapport à notre corps est très souvent un sujet difficile. 
 
Il est le témoin de notre histoire et de nos vécus. 
Nous pouvons le haïr, le refuser, le maltraiter, le dénigrer, le pousser dans ses retranchements, le forcer, l'empêcher de vieillir,  l'ignorer..... mais il est toujours là!  
Avec nous, fidèle serviteur...
Il est le reflet de notre intériorité, il nous dit lorsque nous sommes tristes, joyeux ou apeurés, il nous envoie des informations sur nos choix, il réagit à ce que nous vivons, il est incroyable notre corps !

Alors je vous propose aujourd'hui, de prendre un petit moment pour lui écrire une lettre, lui dire ce que vous détestez chez lui, ce que vous aimez, le remercier pour tout ce qu'il fait pour vous, lui dire comment vous aimeriez qu'il soit.....
Mais vous pouvez aussi l'écouter, entendre ses conseils, ses autorisations, son avis, ses besoins...
Un vrai dialogue avec notre corps peut nous aider à le libérer et à l'aimer.